Fonctionnement

Le Groupe Français des Zéolithes est une association régie par la loi du 1er juillet 1901.

Cette association a pour buts de promouvoir et dynamiser les recherches fondamentales et appliquées liées à la science des zéolithes et solides microporeux.

Bien que les statuts de l’association aient été déposés en 1991, la création d’un « Groupe Français des Zéolithes » a été décidée lors d’une réunion qui s’est tenue à Chantilly en 1985 sous le patronage de la Division Catalyse et Chimie Physique de la SFC (voir extrait de l’Actualité chimique de septembre 1985). Depuis cette date, la communauté française des zéolithes s’est réunie annuellement à travers la France.

L’association est dirigée par un conseil de neuf membres, appelé comité du GFZ, élus par l’Assemblée Générale qui se déroule tous les ans lors de la réunion scientifique annuelle.

Le Conseil d’Administration choisit parmi ses membres, au scrutin secret, un bureau composé de :

  • Un président
  • Un secrétaire
  • Un trésorier

Le Conseil est renouvelé par tiers tous les ans.

Le bureau du GFZ est actuellement composé de :

Benoît Louis : président et représentant du GFZ auprès de la FFM

BL2024Benoît Louis, 48 ans, est Directeur de recherche au CNRS et effectue ses recherches à l’Institut de Chimie et Procédés pour l’Energie, l’Environnement et la Santé (ICPEES), UMR 7515 du CNRS et de l’Université de Strasbourg.

Il a réalisé ses travaux de thèse à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Prof. A. Renken) portant sur le développement de lits catalytiques structurés à base de zéolithes pour effectuer des oxydations ménagées en phase gazeuse. En 2002, il rejoint le groupe du Prof. J. Sommer à Strasbourg pour un séjour post-doctoral durant lequel il a développé une méthode de caractérisation de l’acidité de BrØnsted de divers solides utilisant le marquage isotopique H/D. Après un ATER à l’Ecole de Chimie, Polymères et Matériaux de Strasbourg, il est recruté au CNRS en 2004 au sein de l’ICPEES.

Ce chercheur multidisciplinaire, « touche à tout » de la catalyse hétérogène, développe des voies de synthèse de zéolithes à façon pour des applications principalement en catalyse acide, se focalisant sur la chimie du C1. Depuis 5 ans, une partie des activités s’est orientée vers le monde des MOFs, notamment pour la séquestration du CO2. Benoît Louis est co-auteur de 170 publications, 5 brevets, 5 chapitres de livre et de nombreuses conférences invitées.

Christophe Bouchy : secrétaire

Bouchy GFZ 2Christophe Bouchy  est ingénieur de recherche et chef de projet dans la Direction Catalyse, Biocatalyse et Séparation d’IFPEN.

Il est titulaire d’un Magistère en Matériaux aux Propriétés Physiques et Electroniques Particulières de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg (1994). Il a obtenu un doctorat en Sciences des Matériaux de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg (1998) avant d’effectuer un séjour postodoctoral au Leverhulme Centre For Innovative Catalysis de l’Université de Liverpool (1999-2000).

Il a ensuite rejoint l’IFPEN en 2001. Ses travaux de recherche actuels sont orientés vers la mise en œuvre de différentes zéolithes dans des catalyseurs industriels employés dans les domaines du raffinage et de la pétrochimie ainsi que dans la valorisation de la biomasse. Il a déposé plus de 60 brevets et est co-auteur de 56 publications dans des journaux à comité de lecture (H-index = 23).

Emily Bloch : trésorière

Emily Bloch Emily Bloch est ingénieure CNRS au laboratoire MADIREL depuis décembre 2009. Elle a réalisé ses travaux de thèse sur l’« Elaboration contrôlée de nouveaux matériaux mésoporeux pour l’adsorption de CO en présence de CO2», sous la direction de Philip Llewellyn et de Virginie Hornebecq au laboratoire MADIREL à Marseille (Université de Provence de 2006 à 2009). 

Son activité principale concerne la caractérisation texturale des matériaux et l’étude des propriétés d’adsorption de gaz ou de vapeur sur des matériaux poreux. Elle est responsable scientifique et technique de la plateforme caractérisation texturale des matériaux poreux et calorimétrie du laboratoire MADIREL.

Emily Bloch participe à la formation CNRS-Entreprises, dispensée tous les ans au MADIREL sur l’«Adsorption : application en caractérisation des matériaux et séparation/stockage des gaz».

Elle est auteur ou co-auteur de 28 articles dans des revues internationales avec comité de lecture (H-Index = 15), 1 brevet, et un chapitre de livre.

Alexandre Legrand : webmaster

alexandre legrand 4 347 1Alexandre Legrand est chargé de recherche au CNRS à l’Unité de Catalyse et Chimie du Solide dans le groupe MATHYB au sein de l’université de Lille depuis décembre 2022. Il a obtenu un master Erasmus Mundus en spectroscopie avancée en chimie de l’Université de Lille et de l’Université Jagellon de Cracovie. Il a soutenu son doctorat en 2012 au LASIRE (Université de Lille) sous la direction du Prof Alain Moissette et du DR Hervé Vezin sur la mise au point et la caractérisation d’assemblages nanoporeux associant zéolithes, particules de semi-conducteur et molécules chromophores. Plusieurs expériences postdoctorales - à l’Institut de Recherche sur la Catalyse et l’Environnement de Lyon (IRCELyon), à l’Institut Catalan de Nanoscience et Nanochimie (ICN2) de l’Université Autonome de Barcelone et à l’ « Institute for Integrated Cell-Material Sciences » (WPI-iCeMS) de l’Université de Kyoto - lui ont permis de parfaire son expérience dans le domaine des matériaux poreux. Aujourd’hui ses intérêts de recherche sont axés sur le développement de cages moléculaires de type métallo-organique et leurs utilisations comme éléments de base pour former des matériaux fonctionnels aux propriétés réglables et appliquées dans les domaines liés à l’environnement et à l’énergie. Il est co-auteur de 25 publications dans des journaux à comité de lecture (H-index = 16).

Louwanda al Lakiss

Louwanda Al Lakiss diplômée de l’université de Haute Alsace à Mulhouse, est une ingénieure de recherche CNRS au laboratoire de Catalyse et Spectrochimie à Caen. Elle a obtenu son doctorat en chimie des matériaux en 2006 sous la direction de Joël Patarin. Elle a ensuite effectué un postdoc de 3 ans avec Honeywell UOP, un fournisseur mondial du secteur de technologies de procédés, de catalyseurs et d'adsorbants. Durant ses années de postdoc, elle a effectué de courts séjours à Honeywell/Chicago ou elle s’est initiée à la mise en forme de catalyseurs et leur caractérisation avancée. Plus récemment, elle s’est intéressée à la préparation des catalyseurs bifonctionnels performants pour le recyclage du plastic usé, un confort mais aussi un fléau écologique majeur. Elle est la responsable technique des plateformes « Synthèse » et « Réactivité » au LCS. Elle est co-auteur de 44 publications dans des journaux à comité de lecture (H-index 18). Ses travaux de recherche sont focalisés sur la mise en forme des zéolithes ainsi que leur caractérisation avancée et l’étude de leur réactivité catalytique.

Alexander Sachse

AS2024Alexander Sachse est chargé de recherche au CNRS et affecté à l’Institut de Chimie des Milieux et Matériaux de Poitiers (IC2MP, France). Il est titulaire d’un Master en chimie de l'Université Ludwig-Maximilians de Munich (Allemagne) et a soutenu son doctorat en 2011 à l'Institut Charles Gerhardt de Montpellier (ICGM, France) sous la direction du Dr Anne Galarneau sur le développement de microréacteurs catalytiques à porosité hiérarchisée. Après différentes expériences postdoctorales à l'ICGM (2011-2013), au Laboratoire de Réactivité Catalytique (LRC) de l'Université Fédérale du Rio Grande do Sul (UFRGS, Brésil, 2013-2015) et au Laboratoire de Nanotechnologie Moléculaire (Nanomol) à l'Université d'Alicante (Espagne, 2015-2016), il a été nommé chargé de recherche au CNRS en 2017 à l'IC2MP. En 2023 il a obtenu son HDR de l’Université de Poitiers. Ses intérêts de recherche sont orientés vers le développement et la caractérisation de matériaux à porosité complexe. Il est co-auteur de 55 publications dans les journaux à comité de lecture (H-index = 21).

Stijn Van Daele

StijnStijn Van Daele a obtenu son baccalauréat et sa maîtrise en chimie à l’Université d’Anvers de 2009 à 2014. Il a poursuivi ses études à l’Université de Caen où il a obtenu son doctorat en chimie en collaboration avec TotalEnergies en 2018. De 2018 à 2021, il a travaillé comme ingénieur de recherche en catalyse hétérogène chez TotalEnergies Belgique. Au cours de cette période, il a acquis une expérience précieuse dans le domaine de la catalyse, ce qui a renforcé ses compétences et ses connaissances. Depuis 2021, il occupe le poste de responsable de l’intelligence scientifique et de la prospective technologique chez TotalEnergies Belgique à Feluy. Il est chargé de détecter et d’explorer les signaux faibles dans le domaine de l’énergie et de la durabilité. Il effectue des évaluations technologiques approfondies et compare les technologies actuelles aux meilleures technologies disponibles, notamment les carburants durables, les vecteurs d’énergie et la production d’énergie. Ces efforts contribuent à sa vision d’un avenir énergétique durable et efficace.

Il s’intéresse particulièrement à la mise en forme des zéolithes, à leur caractérisation avancée et à l’étude de leur réactivité catalytique. Il a déposé 5 brevets et est co-auteur de 9 articles dans des revues à comité de lecture, avec un indice h de 7. Ses travaux de recherche sont axés sur la mise en forme des zéolithes, leur caractérisation avancée et l’étude de leur réactivité catalytique. Il s’intéresse également à la préparation de catalyseurs bifonctionnels performants pour le recyclage du plastique usagé, un confort mais aussi un fléau écologique majeur.

 

 

 

 Denise Barthomeuf, L’actualité Chimique, Septembre 1985, p. 10 (reproduit avec l’aimable autorisation de l’Editeur)

Réunion GFZ 1985

Réunion GFZ 1985

Rechercher

Inscription newsletter

Espace bureau

Please publish modules in offcanvas position.